Recommander Imprimer

Musée Virtuel - Vitraux du Bon Samaritain (Gosselies)

Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde, le service Art, Culture et Foi propose de découvrir à travers son musée virtuel des œuvres conservées dans le diocèse traitant de la miséricorde. Chaque semaine, une nouvelle œuvre sera présentée.

13. tableau complet bon samaritain Gosselies

Edifice : chapelle de la Clinique Notre-Dame de Grâce ASBL à Gosselies

Oeuvre présentée : Vitraux du bon samaritain

Historique

Oeuvre réalisée en 1987 par Bernard Tirtiaux, maître verrier, acteur de théâtre et écrivain belge contemporain. Il est né le 11 avril 1951 à Fleurus (ferme de Martinrou) où il réside toujours. Les vitraux ont été offerts à la Clinique par le docteur Francis Robert.

Iconographie :

L’oeuvre est composée de 5 panneaux représentant chacun une scène de la parabole du Bon samaritain.
De gauche à droite :
• premier panneau : un voyageur est attaqué et laissé pour mort par des bandits
• second panneau : un prêtre et un lévite passent, le voient et continuent leur chemin. Dans le fond du vitrail en haut : le prêtre sur sa monture.
• troisième et quatrième panneau : un samaritain saisi de pitié lui porte secours et l’emmène avec lui
• cinquième panneau : le samaritain a porté le voyageur à l’auberge où on prend soin de lui ; on le voit qui paie l’aubergiste

Iconologie :

Evangile selon St Luc 10 30-36.

La parabole du Bon samaritain met l’accent sur l’amour du prochain et le don de soi, illustré par les soins à un voyageur inconnu blessé. A l'époque de Jésus, le prêtre et le lévite qui se rendaient au Temple ne pouvaient toucher un blessé sous peine d’impureté. Le Samaritain (non soumis à cette règle) voyant le blessé éprouve une émotion et une compassion si grandes qu’il va donner de sa personne, de son temps, de son argent pour soigner le blessé. Selon Odon Vallet auteur de « l’Evangile des païens », Editions Albin Michel, « le Bon samaritain (…) a cette miséricorde qui est prière en action (…). Sa relation au blessé ressemble à celle d'Ambroise Paré, pour un de ses malades: "JE LE PANSAI, DIEU LE GUERIT". »


Oeuvre précédente: Musée virtuel - Notre-Dame de la Fontaine (Retable, Eglise St-Martin, Chièvres)

Oeuvre suivante: Musée Virtuel - La Charité (Statue, Collégiale Ste Waudru de Mons)

Vers le musée virtuel

 

 

  • Créé par
    Diocèse de Tournai